Sélectionner une page
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Implémentation d’un IWMS+ : Développer l’adhésion en interne

29 septembre 2020

Outre les perturbations sur le lieu de travail, la pandémie COVID-19 a donné une plus grande visibilité aux services généraux et à l’immobilier dans le portefeuille des entreprises. Dans de nombreuses entreprises, les groupes de travail COVID-19 ont introduit de nouveaux services dans le processus décisionnel sur l’environnement de travail. Cela signifie qu’il peut y avoir davantage d’intermédiaires pour s’opposer à de nouvelles solutions relatives à l’environnement de travail, d’une part, mais aussi davantage d’alliés. Comprendre les principales parties prenantes et leurs intérêts s’avère essentiel dans le développement de solutions de pointe comme l’IWMS+.

Des collègues souriants dans une salle de réunion moderne

Identifier les différents acteurs

Les principales parties prenantes aux décisions relatives aux biens immobiliers et aux services généraux varient d’une entreprise à l’autre. Outre les responsables des services généraux et les directeurs immobiliers, les ressources humaines, les finances et l’informatique constituent d’autres services clefs. Un nombre croissant d’entreprises ont également introduit des postes hybrides, comme celui de responsable de l’expérience du lieu de travail, susceptibles d’adopter une vision plus globale des investissements.

Chacune de ces parties prenantes a des intérêts et des préoccupations différents, qui doivent être pris en compte lors de la définition de la proposition de valeur. Par exemple, un responsable RH sera plus intéressé par les applications d’un IWMS+ relatives à la productivité et à la satisfaction, comme les réservations intelligentes. Un responsable de l’immobilier, en revanche, peut donner la priorité aux applications qui réduisent les coûts de location ou les besoins d’expansion, et peut donc être plus intéressé par la conception intelligente de l’environnement de travail. Un responsable des services généraux pourra se concentrer sur la réduction des coûts opérationnels, tandis qu’un responsable informatique sera plus intéressé par la manière dont les technologies IWMS+ affecteront la sécurité et cherchera à s’assurer que les dispositifs IoT ne se connectent pas aux systèmes de l’entreprise, par exemple.

Dans de nombreux cas, ces diverses parties prenantes ont des intérêts complémentaires, mais ces derniers ne sont pas toujours alignés. Auquel cas, les promoteurs de l’IWMS+ devraient tirer parti du fait qu’il s’agit là d’une solution de construction des plus complète, et créer des alliances entre un groupe diversifié d’acteurs. En mettant au point un récit global puissant, qui rende compte de toute la gamme des applications potentielles et de la manière dont celles-ci soutiennent l’ensemble de l’organisation, il est possible de développer une forte adhésion au sein de l’organisation.

Responsabilité et performance

De même qu’il convient de faire connaître à chaque partie prenante les applications potentielles susceptibles de l’intéresser, il est également important de créer des attentes en matière de responsabilité et de performance qui reflètent les préoccupations de chacun. Dans le cadre du processus de sélection de produit et de prise de décision, les principales parties prenantes doivent avoir la possibilité de poser des questions, de préciser comment elles utiliseraient le logiciel et d’établir des indicateurs de performance clefs qui devront être suivis pour que le produit soit utilisé efficacement.

Par exemple, si l’un des objectifs principaux est d’augmenter l’utilisation des salles de réunion, il est important de s’assurer que les systèmes de réservation fonctionnent avec tous les points de contact clefs au sein de l’organisation, que ce soit Outlook, une application mobile ou un kiosque. À long terme, il s’agit d’établir une base d’utilisation, de nommer une équipe chargée de recueillir des informations et de proposer des interventions pour améliorer l’utilisation, et de procéder à des évaluations régulières pour s’assurer que les stratégies d’utilisation fonctionnent. Pour conclure, l’IWMS+ est certes un outil puissant, mais les données et les analyses ne se suffisent pas à elles-mêmes ; les bénéfices de cette technologie ne peuvent être pleinement réalisés que si ces connaissances servent à un passage à l’action.

Ce billet est le dernier d’une série de dix articles consacrée à l’IWMS+. Les articles précédents présentaient le concept de l’IWMS+ ainsi que ses diverses applications. Si vous souhaitez recevoir des notifications vous informant de la parution de futurs articles sur notre blog ou d’autres ressources Spacewell, veuillez vous inscrire ici.

Une série d’articles de Nicole Weygandt

Responsable du département stratégique à Spacewell

Dr. Weygandt est responsable du département stratégique à Spacewell. Elle possède une expérience professionnelle dans les domaines de la finance, de l’énergie et de l’enseignement supérieur. Elle a précédemment travaillé en tant que responsable de la recherche au sein de la société de conseil en financement de projets Taylor-DeJongh et a obtenu des bourses d’études à l’université de Princeton et à l’université Northwestern. Dr. Weygandt a obtenu son doctorat à l’université de Cornell et est diplômée de l’université de Georgetown et de l’université de Chicago.

Êtes-vous à la recherche de moyens à adapter davantage votre bureau au monde de 1,5 m ? Découvrez nos solutions